Hors des chantiers professionnels

Cet article est encore en construction.

Vous y retrouverez bientôt mon goût pour les voyages (découvrir toujours et encore), les échecs (un passion d’enfance devenue bien plus), l’actualité (avec une prime à la politique et au sport), la lecture, les séries tv, les nouvelles technologies, l’Amérique du sud, la poésie, les enfants… et bien d’autres projets plus surprenants les uns que les autres.

À bientôt !

« On peut toujours tout dire, en somme. L’ineffable dont on nous rebattra les oreilles n’est qu’alibi. Ou signe de paresse. On peut toujours tout dire, le langage contient tout. On peut dire l’amour le plus fou, la plus terrible cruauté. On peut nommer le mal, son goût de pavot, ses bonheurs délétères. On peut dire Dieu et ce n’est pas peu dire. On peut dire la rose et la rosée, l’espace d’un matin. On peut dire la tendresse, l’océan tutélaire de la bonté. On peut dire l’avenir, les poètes s’y aventurent les yeux fermés, la bouche fertile. »
Jorge Semprun – L’Écriture ou la Vie